MODIFIE LE PROJET DE LOI C-8

Tous les politiciens s'opposent, en principe, à la thérapie de conversion. Mais le projet de loi C-8 propose d'utiliser une définition trop large de « thérapie de conversion » qui criminaliserait inutilement les conversations normales entre les enfants et leurs parents, enseignants, conseillers et mentors concernant le genre et le comportement sexuel. Nous devons alors corriger la définition.
CORRIGE LA DÉFINITION MODIFIE LE PROJET DE LOI C-8

LES ACTIONS COERCITIVES ET DÉGRADANTES QUI VISENT À MODIFIER L'ORIENTATION SEXUELLE OU L'IDENTITÉ DE GENRE D'UNE PERSONNE DEVRAIENT ÊTRE INTERDITES.

Le projet de loi C-8, cependant, fait quelque chose de différent. Il désigne un large éventail de pratiques, et même des conversations privées, comme « thérapie de conversion », ce qui va bien au-delà de ce que la plupart des gens pensent lorsqu’ils entendent ce terme.

La définition dans le projet de loi C-8 indique que la thérapie de conversion « s’entend d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuel. »

La définition ne s’applique pas seulement aux efforts visant à modifier l’orientation sexuelle d’une personne – elle pourrait également interdire de nombreux types de conseils de la part des parents, des enseignants et des conseillers en orientation encourageant les enfants à réduire leur comportement sexuel. (Par exemple, un conseiller qui encourage un jeune à réduire son nombre de partenaires sexuels).

Le projet de loi C-8 pourrait permettre aux responsables de l’application de la loi de surveiller les communications familiales privées afin d’enquêter sur une discussion qui pourrait correspondre à la définition large du terme « thérapie de conversion ».

De plus, bien que le projet de loi C-8 autorise expressément les services de conseil, ainsi que les services médicaux et chirurgicaux, pour changer le genre d’un enfant, il interdit expressément tout soutien à un enfant cherchant à faire une détransition à son genre de naissance (cis).

S’il est adopté, le projet de loi C-8 pourrait restreindre les choix des Canadiens LGBTQ2 concernant la sexualité et le genre en interdisant l’accès à tout soutien professionnel ou spirituel librement choisi pour limiter le comportement sexuel ou pour détransitionner.

VEUILLEZ SIGNER CETTE PÉTITION IMPORTANTE DEMANDANT AU GOUVERNEMENT DE CORRIGER LA DÉFINITION:

J'APPELLE LE GOUVERNEMENT À CORRIGER LA DÉFINITION DE LA THÉRAPIE DE CONVERSION DANS LE PROJET DE LOI C-8, POUR :

  • Interdire les pratiques coercitives et dégradantes qui visent à changer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne ;

  • Assurer qu’aucune loi ne discrimine contre les Canadiens en limitant les services qu’ils peuvent recevoir en fonction de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre ;

  • Permettre aux parents de parler avec leurs propres enfants sur la sexualité et le genre, et établir des règles familiales concernant le sexe et les relations ;

  • Permettre des conversations libres et ouvertes sur la sexualité et le comportement sexuel ; et

  • Ne pas criminaliser les services de conseil professionnels et religieux demandés par les Canadiens LGBTQ2 et auquel ils ont consenti.

Montrez votre soutien

SIGNER LA PÉTITION

J’appelle le gouvernement à corriger la définition de la thérapie de conversion dans le Projet de Loi C-8

Amend Bill C-8

CORRIGE LA DÉFINITION
MODIFIE LE PROJET DE LOI C-8